En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site.
  • Accueil
  • >
  • Témoignages
  • >
  • Témoignage de notre partenaire la Chambre de Métiers et de l'Artisanat d'Eure et Loir

Témoignage de notre partenaire la Chambre de Métiers et de l'Artisanat d'Eure et Loir

Une offre de services adaptée à la situation sanitaire

Comment la CMA 28 s’est-elle organisée suite aux premières annonces de l’Etat en mars dernier ?

Dès l’instauration du premier confinement, le siège et le centre de formation de la CMA étaient fermés au public. Dans le même temps, tout le personnel passait en télétravail, pour continuer à servir les artisans euréliens. L’objectif assigné était de garder le lien avec les artisans. L’ensemble des équipes d’élus et de techniciens était ainsi mobilisé.

Il s’agissait à la fois d’installer une cellule spécifique « COVID », avec une ligne téléphonique et une adresse mail dédiées, pour répondre au mieux aux artisans, confrontés à une situation inédite, et impactant fortement leur activité.

La CMA 28 a simultanément redéveloppé l’ensemble de ses activités, avec le déploiement d’une offre de formation en ligne, de rendez-vous de conseil en distanciel, mais aussi la possibilité d’immatriculer son entreprise (+ 12 % par rapport à 2019), d’arrêter son activité, ou d’être conseillé dans l’établissement d’un contrat d’apprentissage. En 15 jours, l’ensemble des services de la CMA28 étaient ainsi accessibles.

Ensuite, et au fil du confinement, nos services se sont de nouveau ouverts, mais avec des aménagements : mise en place d’un télétravail partiel pour limiter le nombre de personnes sur site, et un strict respect des mesures et des gestes barrières au quotidien. L’accueil des artisans en physique était de nouveau possible, avec une alternative systématique en distanciel. Nos conseillers se déplaçaient aussi dans les entreprises lorsque cela était nécessaire.

Vos missions ont-elles évolué avec la crise du Covid ?

Nos missions ont nécessairement évolué avec la crise générée par le COVID, mais aussi notre manière de travailler.

Instauration d’une permanence COVID

Entre mi-mars et fin 2020, nous avons traité plus de 1 500 demandes d’artisans en lien avec la crise sanitaire, et leur avons apporté la réponse, ou le conseil adaptés, dans une période où chaque jour apportait son lot d’informations exactes et de contre-vérités.

A noter que cette permanence Covid est toujours active en ce début d’année 2021, et continue à accompagner les artisans.

Des opérations « coup de poing »

La CMA28 a mené plusieurs opérations visant à assurer la distribution de masques, de visières, ou de liquides hydroalcooliques. Elle a aussi relayé les initiatives conduites par l’Etat ou la Région Centre Val de Loire, ou l’association beta-machine, qu’elle héberge depuis 4 ans.

En période de pénuries qualitatives et quantitatives, elle a aussi coordonné une opération de fabrication de masques avec un collectif de couturières artisanales. D’ailleurs, il ne faut pas confondre un masque fait maison avec un masque artisanal !! Les dernières déclarations créent une confusion qui dévalorise le travail de ces professionnels.

La CMA28 a également conduit plusieurs campagnes d’appels sortants auprès de nos artisans les plus touchés par la crise, pour aller au-devant de leurs besoins.

Une offre de services adaptée

  • Une vingtaine de formations organisées en distanciel, notamment pour former les entreprises aux enjeux de la digitalisation commerciale ;
  • Un accompagnement des artisans dans l’accès au financement, notamment  le fonds renaissance, en partenariat avec IEL, un conseil spécifique sur la gestion de trésorerie (réalisation de plan de de trésorerie) ;
  • Un accompagnement numérique : via un diagnostic individualisé et la définition d’un plan d’actions précis, en partenariat avec l’Etat ou la Région, et l’Europe. Par exemple, pour appuyer les artisans dans leur transition numérique et les aider à mettre en place le « click and collect », s’inscrire à des market place, être présents sur le net ou les réseaux sociaux. En fin d’année, le réseau des métiers a développé une market place pour les métiers d’art ;
  • L’organisation des premières Artisanales virtuelles avec plus de 205 artisans présents, un premier salon national organisé de cette manière ;
  • L’installation, en partenariat avec APESA, d’une cellule d’assistance psychologique des chefs d’entreprise, pour éviter le pire ;

Et entre chaque phase de confinement, la vie reprenait. La CMA a ainsi rouvert les 2 boutiques LOCO du territoire (Dreux et Chartres),

Quel est votre ressenti de la situation dans le monde de l’Artisanat ?

La dynamique entreprenariale est toujours là. Nous avons ainsi enregistré 1346 entreprises artisanales en 2020, 12% de plus qu’en 2019 ! L’Artisanat se porte donc bien et a su s’adapter au contexte. Cette période de confinement a été propice à la réflexion, et à l’éclosion de nouvelles entreprises. L’Artisanat eurélien pourrait ainsi franchir les 10 000 entreprises en octobre 2021. Nous espérons que chaque projet se pérennisera, ou que chacun y trouve un épanouissement personnel, même si il peut être parfois fugace.

Pour les artisans installés, la situation est compliquée, mais certains secteurs d’activité semblent mieux tirer leur épingle du jeu, le secteur du bâtiment par exemple, mais aussi les métiers de bouche. Et dans une période où beaucoup d’entreprises sont sous perfusion financière, le nombre d’entreprises en redressement judiciaire a lui fortement chûté.

Certains ont aussi su s’adapter mieux à la situation, en développant des produits spécifiques, ou en revoyant, lorsque cela était possible, leur manière de commercialiser les produits, via le net.

La situation est donc toujours aussi fragile et si le contexte sanitaire ne s’améliore pas, nos entreprises pourraient être fortement impactées à terme. Des difficultés de trésorerie pourraient se poser lorsqu’il faudra rembourser les prêts, si l’activité ne reprend pas normalement, et rapidement.

De fait, en proximité « physique » et « digitale » nous continuerons à accompagner nos artisans dans leur projet de développement et également les aider à anticiper d’éventuelles difficultés.

Notre programme d’accompagnement spécifique « Covid » se poursuivra donc en 2021, voire au-delà si nécessaire.